La course landaise se pratique uniquement dans des arènes et plutôt en fin d’après- midi. Dans les Landes, on trouve une centaine d’arènes. Mais, il n’y en a pas deux pareilles. Elles sont rondes, oblongues ou rectangulaires …

Les arènes de Maurrin

Eh oui ! Notre village a ses propres arènes. Elle se trouvent près de la mairie, sur la place du village. Notre école est juste à côté. Ces arènes, les Maurinois en sont très fiers. C’est une très belle histoire !

Voilà ce que tu dois savoir. En 1993, cent-vingt-trois bénévoles maurrinois voulaient continuer à accueillir des courses landaises dans le village. Alors, ils ont construit ces arènes pierre par pierre en travaillant tous les weekends. Auparavant, on installait des arènes démontables dans le village.

La première pierre a été posée en février 1994. Les travaux ont duré une année entière. L’inauguration des nouvelles arènes a eu lieu le 25 mars  1996.

Les arènes de Maurrin sont de forme oblongue et elles peuvent accueillir sur leurs gradins près de 800 spectateurs.

Le vocabulaire des arènes

La piste de course landaise est longue de 35 mètres et large de 25 mètres. Elle est entourée par une talanquère de 1,40 mètre de haut. Il y a cinq ou six refuges pour les toreros. En ouvrant une porte, on trouve  les loges dans lesquelles sont enfermées les coursières. Dans les gradins, c’est la place du public et des bandas. On distingue deux tribunes, une pour le jury et une pour les invités d’honneur.

piste :
terrain sur lequel se déroule la course.  :
refuge devant la talanquère pour s’abriter en cas d’urgence 

loge :
local où est enfermée la coursière en attente 

palco :
tribune où siègent les personnalités

pitrangle :
tribune où siège le jury

talanquère :
barrière formant un couloir protégé autour de la piste